jean boyer

 

les pires ennemis de nos peuples

Edition française, révisée, complétée et mise à jour par l'auteur. BOGOTA, mars 1979.

 

Introduction

LE POUVOIR OCCULTE QUI DIRIGE LA SUBVERSION ET LES REVOLUTIONS

 

Cet ouvrage expose les grands secrets de la subversion et des révolutions qui ont renversé les gouvernements patriotes civils ou militaires qui ont surgi dans le monde, pour empêcher que leurs pays ne tombent dans l'anarchie, le chaos ou l'esclavage totalitaire collectiviste, dissimulés sous le masque du socialisme ou du communisme.

L'exposé de ces grands secrets donnera à ces gouvernements patriotes et à leurs chefs militaires et policiers, ainsi qu'aux peuples menacés par cette grande fraude, la connaissance profonde des tactiques occultes qu'em­ploie surtout le Super Secret Révolutionnaire, pour renverser ces régimes, ainsi que de l'aide mondiale sur laquelle comptent les agents de la subversion et de la révolution.

Le principal succès de ces deux manœuvres a consisté depuis des siècles à dissimuler la tête secrète de ces mouvements subversifs ; tête dont par malheur actuellement la majorité des gouvernements patriotes, choisis par elle comme victimes, ignorent la nature et l'origine. Ne sachant pas qui est la tête, ils s'abstiennent de la combattre.

Ceci entraîne comme conséquence que les gouvernements patriotes - tout en détruisant pour un moment quelques tentacules de la pieuvre, et en pacifiant le pays pendant quelques années - ne peuvent empêcher que la tête de la pieuvre, qu'ils n'ont pas détruite, ni même combattue, puisse reformer ses tentacules, le moment venu, pour détruire le gouvernement ignorant et naïf, qui l'a laissée vivre.

Les anciennes monarchies, française, russe, allemande, espagnole, portugaise et autres ont pu écraser des révolutions et se maintenir, au moins tant qu'elles attaquèrent et détruisirent en partie la tête de la pieuvre qu'elles connaissaient, mais comme la plupart la laissèrent subsister, celle-ci finit par renverser ces monarchies au cours des siècles, en assassinant des millions d'hommes et parfois de femmes et d'enfants, les criminels de la secte secrète à laquelle nous nous référons.

Dans le seul empire russe, cette secte, dirigée par le gouvernement soviétique, a assassiné en temps de paix soixante millions d'habitants de l'ancien empire russe, comme nous en informe Alexandre Soljenitsine, dans son ouvrage L'Archipel du Goulag.

C'est pourquoi nous considérons nécessaire, avant de nous occuper de la stratégie subversive et révolutionnaire, de faire une étude résumée mais profonde de la tête qui a dirigé de façon occulte quasi toutes les révolutions des derniers siècles. Cette tête secrète a été dénoncée et son existence a été démontrée dans des centaines de livres bien documentés, avec des preuves irréfutables. Beaucoup de ces ouvrages sont mentionnés ici, comme documents probatoires, sur lesquels repose ce travail.

Nous avons été obligés de réduire le plus possible ce livre, car malheureusement 99% des lecteurs, pour une raison ou pour une autre s'abstiennent de lire les ouvrages trop volumineux. Mais, à la minorité d'érudits, qui cherche à approfondir et à vérifier pleinement ce qui est dit dans ce livre, nous avons consacré les références aux livres bien documentés et convaincants que nous avons consultés.

Paris, 20 décembre 1975,

Jean Boyer

 

CHAPITRE I - LE SUPER IMPERIALISME

fondé sur le racisme, l'exploitation, la domination, et l'esclavage des peuples

un peuple étranger, infiltré chez nous, pretend nous dominer et nous réduire en esclavage

 

Au cours de l'histoire, les gouvernements des nations qui ambitionnaient conquérir d'autres peuples, l'ont fait en envoyant leurs armées envahir les territoires des nations qu'ils voulaient dominer. Ainsi procédèrent, au cours des temps, les anciens Assyriens, Chaldéens, Perses, Macédoniens, Romains, Arabes, Espagnols, Portugais, Hollandais, Turcs, Anglais, Français, Russes, Japonais, Allemands et autres.

Les Israélites aussi le tentèrent plusieurs fois et ils y réussirent sur la terre de Chanaan et quelqu'autre petit territoire. Mais, à cause de leur faiblesse militaire, d'autres tentatives postérieures, de plus grande importance, échouèrent. Et les Juifs furent au contraire, conquis et dominés par les Assyriens, les Perses, les Grecs et les Romains, qui finirent par détruire le royaume de Judée en l'an 70 de l'ère chrétienne.

Cependant, selon l'interprétation juive d'un document historique d'une authenticité évidente, c'est-à-dire le livre biblique du prophète Isaïe, le Dieu d'Israël, Dieu propre et exclusif du peuple juif, comme l'affirment Ses Saintes Ecritures, avait déjà signalé la voie par laquelle les Israélites devaient atteindre la domination mondiale. Le prophète Isaïe, parlant au nom de Dieu, comme l'affirme ce livre, dit au peuple d'Israël il y a plus de vingt-six siècles : «Parce que tu te disperseras à droite et à gauche, et que la descendance possédera les nations[1]». Et obéissant aux pseudo-ordres de Dieu, Israël s'est mis à émigrer dans toutes les nations du monde et à les envahir les unes et les autres au cours des siècles, jusqu'à à se rendre maître de chacune d'elles.

La première chose que faisaient les Juifs en s'établissant dans un pays, était de feindre une grande soumission et une fausse amitié à l'égard des gouvernants de la nation qu'ils envahissaient pacifiquement. Ils leur faisaient des cadeaux, leur promettaient les plus grands services, les adulaient jusqu'à leur baiser les pieds si nécessaires ; le tout pour que le Roi ou les gouvernants des pays envahis par la nouvelle colonie tombent dans le piège et les autorise à s'établir sur leur territoire. S'ils l'estimaient utile, ils allaient jusqu'à inviter le Roi, ses conseillers ou proches à une cérémonie solennelle juive, spécialement mise au point pour ce cas, afin de les tromper et de leur laisser croire que la communauté israélite installée dans le pays était inoffensive, et même amicale.

Tout ceci ayant en outre comme fin, obtenir du roi ou du gouvernant du pays envahi qu'il se convertisse en protecteur des Israélites contre tous ceux qui, avec une meilleure vision politique que leurs gouvernants se méfieraient justement de leurs hypocrites envahisseurs. De cette façon, les Israélites ou Juifs réussirent, grâce à ces artifices ou à d'autres, à se couvrir du masque d'une autre nationalité, et à envahir toutes les nations et tous les peuples du monde.

De semblables communautés juives se dotèrent, dans chaque nation envahie, pour ne pas inspirer la méfiance, de façades inoffensives derrière lesquelles fonctionnaient et fonctionnent encore des Sociétés secrètes capables de pénétrer et de conquérir le pays envahi ; lesquelles possèdent leurs chefs, auxquels tout Juif doit obéir, avant d'obéir aux autorités du pays dans lequel il vit.

Les communautés israélites sont de vrais états dans l'Etat. Et le peuple juif, organisé comme une secte mondiale, a été justement appelé le Peuple ou la Nation Secte.

Le garçon ou la fille de pères juifs n'est pas libre de décider, à treize ans, s'il entrera formellement ou non, dans la Nation-Secte d'Israël. qu'il le veuille ou non, ils l'y font entrer, et si jamais un vaillant garçon s'y opposait, l'exécuteur des Hautes Œuvres de la Communauté le ferait empoisonner et quelque médecin juif délivrerait un certificat de décès pour mort naturelle.

C'est la raison pour laquelle, ceux qui connaissent le péril juif, de la Rome païenne à l'Eglise chrétienne et aux patriotes modernes, ont considéré comme juifs les fils ou descendants de juifs.

Afin de conquérir une nation, les Juifs se servent comme exemple du cas de Joseph raconté dans la Bible. Joseph, qui avait été vendu comme esclave en Egypte, put gagner la confiance de ses maîtres en leur rendant d'appréciables services, au point d'être libéré de l'esclavage pour devenir d'abord l'administrateur des biens de Putiphar, puis magnat égyptien, directeur de la prison du Pharaon, dont il gagna la confiance au point de gouverner l'Egypte, d'exploiter son peuple, de lui arracher toutes ses richesses et d'en faire l'esclave du Pharaon, dont l'israélite Joseph dirigeait le gouvernement et les ressources, au point de dominer l'Egypte[2].

Pour la fête de Pasah, célébrée chaque année par toutes les communautés juives du monde, les rabbins inculquent aux enfants et aux adultes, que si un seul israélite, comme le raconte la Bible, a pu s'emparer du gouvernement et des richesses de l'Egypte, soumettant son peuple à l'esclavage, à plus forte raison toute une communauté juive, infiltrée dans une nation, peut-elle le faire.

En outre, l'interprétation israélite d'autres passages de la Bible sert de base à l'impérialisme raciste juif. Et pour aider le lecteur à le comprendre nous devons lui rappeler que les Juifs divisent l'humanité en deux catégories, l'une formée par les israélites ou juifs, peuple élu de Dieu pour conquérir, enlever les richesses et réduire en esclavage à l'autre, constituée par les autres peuples appelés "goïm" ou gentils.

Dans le livre biblique des Nombres, Dieu ordonne à Moïse, guide du peuple juif, ce qui suit : «Appelle les fils d'Israël et dis-leur : Quand vous aurez passé le Jourdain et que vous entrerez dans la terre de Chanaan, Détruisez tous les habitants de cette terre ; Déchirez les titres et brisez les statues et désolez toutes les hauteurs. Nettoyant la terre pour y habiter. Car je vous l'ai donnée pour que vous la possédiez. Vous la tirerez au sort. Aux uns la plus large part et aux autres la plus réduite. Chacun, comme le sort en décidera, recevra ainsi son héritage. La possession étant partagée entre les tribus et les familles (Nombres, xxiii, 50-54).

 

 

Ensuite, selon l'Ancien Testament de la Bible, Dieu dit aux israélites : «Mais si vous ne vouliez pas tuer les habitants de la terre, ceux qui demeureraient seraient pour vous comme des clous dans les yeux, des lances dans le flanc et ils se mettront dans la terre de votre demeure. Et je ferai avec vous ce que je pensais faire avec eux » (Nombres, xxiii, 55-56).

Plus tard, quand les israélites aux ordres de Moïse, se lancèrent à la conquête du royaume de Hesebon, l'Ancien Testament de la Bible indique que Dieu dit à Moïse : «Et le Seigneur me dit : Voici que j'ai commencé à te livrer Sehon et sa terre, commence à la posséder. Et en ce temps nous prenons toutes leurs cités, quittant la vie à leurs habitants, hommes, femmes et enfants. Ne laissant plus rien chez elles ; à part les bêtes qui vinrent au pouvoir des pillards, et les dépouilles des cités que nous prenons» (Deut., ii, 31, 34-35).

Ledit Ancien Testament, en contant comment les israélites conquirent le Royaume de Bazan, dit : «Le Seigneur Notre Dieu livra aussi entre nos mains Og, roi de Bazan et tout son peuple, et nous les passâmes au fil de l'épée pour en finir avec eux. Détruisant en même temps toutes leurs villes. Sans qu'en échappât aucune : soixante villes, toute la région d'Argob du royaume d'Og de Bazan. Et nous les exterminâmes, comme nous l'avions fait de Sehon, roi de Hesebon, en terminant dans chaque ville avec les hommes, les femmes et les enfants. Et nous pillâmes les bêtes et les dépouilles des villes» (Deut., iii, 3-7).

Leur Dieu dit aussi aux Israélites, selon la Bible - Vulgate, Deut., vii, 1-3

1. - «Quand le Seigneur ton Dieu t'introduira dans la terre dans laquelle tu vas entrer pour la posséder, et détruira beaucoup de gens devant toi, les Hethéens, les Gergeséens, les Amorrehéens, les Chananéens, les Pharisiens, les Hévens, les Jébuséens, sept nations beaucoup plus nombreuses que toi et beaucoup plus fortes.»

2. - « Et quand te les livrera le Seigneur ton Dieu, tu les passeras au fil de l'épée sans en laisser un seul. Ni tu feras alliance avec eux, ni tu en auras compassion. »

3. - « Ni tu contracteras mariage avec eux. Tu ne donneras pas ta fille à leur fils, ni prendras leur fille pour ton fils».

Le texte masorétique de la Bible, officiel dans le Judaïsme, au lieu de «tu les passeras au fil de l'épée», dit «tu les blesseras et puis tu les détruiras totalement» (Thou shalt Smite them ; then thou shalt utterly destroy them)[3].

En plus des textes bibliques déjà cités à ce sujet, nous citerons le suivant

Le Seigneur Dieu d'Israël dit à son peuple Elu (Deut., vii, éd. Scio, Madrid, t. I, p. 406)

v. 16 : Tu dévoreras tous les peuples, que le Seigneur Dieu te donnera. Sans leur pardonner un œil »...

v. 21 : Tu ne les craindras point, car le Seigneur Dieu est avec toi, grand et terrible »...

v 22 : Il en finira avec ces nations devant tes yeux partiellement et peu à peu, car tu ne pourras les détruire toutes au même moment »...

v. 24 : Et il livrera leurs rois entre tes mains et il effacera leurs noms sous le ciel, personne ne pourra le résister jusqu'à ce que lu les mettes en miettes.

Plusieurs élude ont démontré par une ample documentation que la plupart des révolutions anti-monarchiques ont été dirigées par le Judaïsme, qui de cette façon a accompli l'antérieur précepte biblique, en tuant Ies rois ou au moins en effaçant leurs noms de la scène politique.

Les Juifs fondent le droit qu'ils affirment détenir de s'emparer - sans les payer - des richesses des autres peuples, en plus des textes bibliques déjà cités, sur beaucoup d'autres, parmi lesquels faute d'espace je citerai au moins le suivant qui est très éloquent : la Bible officielle juive ou texte Massorétique, qui, comme je l'ai dit est celui sur lequel les Juifs du monde entier règlent leur conduite à l'égard des autres peuples, au livre du prophète Isaïe, chapitre soixante, versets dix et onze, mentionne ce que dit le Dieu d'Israël à son pseudo Peuple Elu :

v. 10 : Et les étrangers construiront tes murs, et leurs rois te serviront »...

v. 11 : Et tes portes aussi seront ouvertes continuellement de jour et de nuit et elles ne seront pas fermées, afin que les hommes puissent t'apporter les richesses des nations et leurs rois en procession.

Le texte juif officiel des Etats-Unis, traduit du massorétique en anglais dit :

v. 11 : Thy gazes also shall be - open continually, day and night, they shall not be shut ; That men may bring unto thee the wealth of the nations, and the Kings in procession[4].

De sorte que dans les Bibles destinées à être lues par tous les membres des familles juives l'on empoisonne les enfants et l'on renforce l'empoisonnement des adultes en leur enseignant que sur l'ordre de Dieu, exprimé par le prophète Isaïe, les Juifs ont le droit de voler toutes les richesses des autres peuples ; ce qui selon les israélites n'est pas un vol, puisque le Dieu d'Israël, maître de tout l'univers, a fait cadeau aux Juifs des richesses des autres nations, dont les juifs s'emparent dans les régimes capitaliste ou de propriété privée, soit par le moyen des fraudes locales ou transnationales, l'usure, la hausse immodérée des prix, des maffias secrètes, de juifs intermédiaires, spéculateurs et commerçants, etc., et les expropriations effectuées par les dictatures totalitaires manipulées par le Judaïsme, et celles que j'étudierait plus tard.

Les chrétiens considèrent les récits bibliques du massacre par les Israélites de peuples entiers, hommes, femmes et enfants, comme une simple histoire passée, et croyant ces choses passées, les chrétiens d'à présent ne s'en préoccupent pas. Mais la tragédie est que les Juifs religieux croient que ce que Dieu a ordonné comme une bonne chose il y a des milliers d'années, continue de l'être, parce que Dieu n'a pu se tromper quand il l'a ordonné, que la loi de leur Dieu est éternelle, qu'elle continuera et continuera d'être en vigueur dans l'éternité.

L'humanité est en train d'être dominée par un impérialisme ultra-raciste, implacable, criminel, génocide, en exécution d'ordres supposés du Dieu d'Israël. Personne de bon sens ne pourra jamais justifier que soient assassinés en masse des femmes sans défense et des enfants innocents, afin que le pseudo peuple Elu de Dieu, le peuple d'Israël, puisse dominer les nations.

Quiconque connaît la Bible peut noter qu'il existe une contradiction entre les textes bibliques que nous venons de citer et les Dix Commandements de la Loi Divine, contenus dans les tables de la Loi, dont le Vè ordonne de ne pas tuer, et le VIIè de ne pas voler.

Les Juifs disent qu'il n'existe pas de contradiction entre les uns et les autres textes bibliques, car les Dix Commandements des Tables de la Loi ont été donnés par Dieu exclusivement aux Israélites et pour régir les relations d'israélite à israélite ; et que les autres préceptes de la Bible, qui donnent le droit aux juifs de réduire en esclavage, de tuer et de s'emparer des richesses des autres peuples, sont dictés par Dieu pour régir les rapports entre les israélites d'un côté et de l'autre, les autres peuples de la terre.

Les Juifs affirment faussement que Jésus-Christ s'est contredit, lorsqu'il manifesta d'une part qu'Il ne venait pas modifier la Loi, sinon la faire observer, et qu'il ordonna d'autre part des choses comme le pardon aux ennemis, l'égalité de tous les hommes devant Dieu et l'amour des uns pour les autres, en contradiction de la Loi que Dieu donna à Moïse.

Mais il n'y a point de contradiction entre ce qu'a dit le Christ, car Lui - comme tous les chrétiens - considéra que l'unique et vraie Loi de Dieu, pour régir tous les hommes, y compris les juifs, a été celle remise à Moïse sur le Sinaï, celle qui figure sur les Tables, c'est-à-dire les Dix Commandements de la Loi de Dieu, qui ordonnent de ne pas tuer, de ne pas voler, etc.

Ce que le Christ est venu modifier, ce furent les règles bibliques cruelles qui permettaient aux israélites de tuer, de voler et de réduire les autres peuples en esclavage.

Mais les juifs, dans leurs massacres de populations entières, femmes et enfants compris, soit dans leurs révoltes contre l'ancienne Rome, ou dans leurs révolutions hérétiques médiévales, ou dans les temps modernes que nous étudierons ensuite, ont interprété mal, comme en d'autres choses, la Bible, qui les autorisait seulement à réaliser ceci, chez les nations sur les terres desquelles devait s'établir la nation d'Israël. Pour les autres nations, le Dieu d'Israël fut plus indulgent, ordonnant aux Israélites qu'au lieu de les tuer ils les réduisent en esclavage. Ainsi le précise le livre Lévitique de la Bible, dans lequel il apparaît que le Dieu d'Israël ordonne au peuple hébreu

«Des nations qui vous entourent vous ferez vos esclaves ; Et vous aurez comme esclaves les étrangers qui transitent parmi vous et ceux qui seront nés d'eux sur vos terres. Et par droit d'héritage vous les laisserez à vos descendants et vous les posséderez pour toujours, mais n'opprimez pas par votre pouvoir les fils d'Israël vos frères » (Lévit., xxv, 44-46)... Et comme les juifs déclarés ou dissimulés sous le masque d'une autre nationalité ont déjà envahi toutes les nations, les membres de celles-ci, qui les entourent, doivent être convertis en esclaves des Juifs.

Le mandat divin, contenu dans le verset disant que les israélites auront comme esclaves les étrangers qui transitent parmi eux, les confirme dans ces droits. Je dois préciser que pour les juifs, étranger et gentil sont synonymes, puisqu'ils servent dans la terminologie hébraïque à désigner les hommes des autres nations.

Les livres sacrés juifs du Talmud et de la Cabbale, confirment en divers passages cette interprétation de tels passages de la Bible.

Le Talmud contient une soi-disant et fausse tradition orale de la Loi donnée par Dieu à Moïse sur le Sinaï. Ledit Talmud, pour justifier le droit des juifs à exploiter et réduire en esclavage les autres hommes, commence par dégrader ceux-ci en les assimilant aux animaux, dont l'être humain se sert de la vie et du travail pour son propre service. Ainsi, le traité Baba Metzia du Talmud affirme :

«Vous autres Israélites, on vous appelle des hommes, alors que les nations du monde ne méritent pas le nom d'hommes, mais seulement d'animaux» (talmud de babylone. Traité Baba Metzia, feuillet 114. colonne 2).

Et selon le traité Yebamoth du même Talmud, leur Dieu dit aux juifs :

«Les fils et les descendants d'un étranger sont comme une progéniture d'animaux» (talmud de babylone. Traité Yebamoth, feuillet 94, colonne 2).

D'autre part, les rabbins interprètes de la Bible et du Talmud, dont l'enseignement lave le cerveau des jeunes israélites, les convertissant en fanatiques racistes et impérialistes, disent à ce sujet

«Les âmes juives ont le privilège d'être une partie de Dieu, d'appartenir à la substance de Dieu » (Jalqut Chad, feuillet 155 a et Sela, feuillet 262 a.).

«Une âme juive a plus de valeur et est plus agréable à Dieu, que toutes les âmes des autres peuples de la terre, qui descendent du démon et sont semblables aux âmes des animaux» (Sefa Tel, feuillet 4. Sela, feuillet 1 c ; Sepher Ha-Nechamma, feuillet 221, colonne 4 et Jalqut Chad, feuillet 154 b).

La haine et le mépris envers les autres nations, que la religion d'Israël inculque à son peuple, arrive au point que l' "Eben Ha Eser" met ceci dans la bouche du Dieu d'Israël :

«Qu'est-ce qu'une prostituée ? Toute femme qui n'est pas juive» (Eben-Ha-Eser, 6 et 8).

Ainsi peut-on comprendre pourquoi les juifs sont dans la plus grande partie du monde, les principaux traitants de blanches, et pourquoi ils comptent sur l'appui de juifs déclarés ou clandestins, infiltrés dans des postes-clefs.

Et confirmant ces commandements et ces règles morales, consignés dans l'Ancien Testament biblique, le Talmud de Babylone mentionne l'ordre suivant donné aux Juifs par leur Dieu :

«Au meilleur des Gentils, tue-le » (TALMUD DE BABYLONE. Traité Avoda Zara 26 b, Tosephot, a). En cet ordre supposé de Dieu, les Juifs fondent le droit d'exterminer les intellectuels "gentils".

Mais le Dieu juif fait pression sur son Peuple Elu pour qu'il conquière la domination absolue du monde, ordonnant dans le Talmud : «Où que les juifs s'établissent il faut qu'ils arrivent à être les maîtres ; et tant qu'ils ne posséderont pas la domination absolue, ils devront se considérer comme exilés et prisonniers, bien qu'ils dominent déja quelques nations, jusqu'a ce qu'ils les dominent toutes, ils ne doivent pas cesser de crier : quels tourments, quelle indignité» (TALMUD DE BABYLONE. Traité Sanhédrin, folio 104, colonne 1).

La Cabbale, série de livres rabbiniques de tendance panthéiste, qui prétend expliquer le sens caché de l'Ancien Testament de la Bible, et que l'on représente comme d'inspiration divine, pour la plus grande partie du Judaïsme orthodoxe, en arrive à convertir les juifs en DIEUX, en face du reste des hommes, qu'ils dégradent au rang de PETITS ANIMAUX. Ainsi la Cabbale du Pentateuque dit ce qui suit :

«Dieu se présente sur la terre, en la personne du Juif. Le Juif, Judas, Juda, Javah ou Jehova (c'est-à-dire Dieu) sont un seul et même Etre. L'Israélite est le Dieu vivant, le Dieu incarné, l'homme céleste, l'Adam Kadmon. Les autres, appelés des hommes, sont des terrestres de race inférieure. ils n'existent que pour servir le juif, ce sont de petits animaux» (Cabala ad Pentateucum, folio 97, colonne 3).

Au Moyen Age et encore à l'époque moderne, lorsque la Chrétienté se défendait contre l'agression juive, les Papes et les Rois, croyant que la perversion politique et religieuse des juifs et leur soif de domination provenaient de l'étude du Talmud et des autres livres, ordonnaient de perquisitionner pour les rechercher et les faisaient brûler publiquement. Les Khalifes, les Sultans et les Emirs de l'Islam en arrivèrent à ordonner la même chose, mais tout fut inutile, car les israélites, cachant à temps leurs livres, en conservèrent beaucoup en leur pouvoir et les reproduisirent ensuite.

Cet enseignement raciste et impérialiste, entre autres, est actuellement distribué, selon les ordres du Dieu d'Israël, contenus dans le Talmud, dès l'enfance aux jeunes juifs soit dans des collèges israélites, soit dans des maisons particulières, destinées aux enfants des juifs clandestins, qui sont officiellement musulmans, chrétiens ou d'une autre religion, mais qui restent juifs en secret. L'enseignement est obligatoire pour tous et les parents qui n'enverraient pas leurs enfants soit dans les écoles juives, soit aux classes particulières, selon le cas, à l'âge voulu, sont châtiés d'une manière tellement sévère que tous les pères et mères israélites s'efforcent que leurs enfants reçoivent au moins cet enseignement de la Bible et du Talmud, qui doit les convertir en AGENTS IMPÉRIALISTES des plus fanatiques, cruels et pervers, qui aient jamais existé dans l'humanité.

En outre, si en dépit de cela un enfant, un adolescent ou un jeune homme, pour quelque motif que ce soit, n'accomplissait pas les études obligatoires, au moins de la Bible et du Talmud, il serait privé sa vie durant du droit de vote au sein des communautés juives et du droit d'être désigné pour quelque fonction de direction.

Ainsi le lecteur peut-il comprendre, qu'avec des mesures si sages, la nation juive qui a envahi toutes les nations du monde, a réussi à ce que tous les israélites hommes et femmes soient convertis par cet enseignement en agents fanatiques de l'IMPÉRIALISME JUIF, qui travaillent dans la nation sur le territoire de laquelle ils habitent, à la conquérir avec un vrai fanatisme, par noyautage ou par révolution, obéissant ainsi aux ordres de leurs chefs, alors qu'en public, aux ordres des mêmes chefs, ils doivent s'efforcer hypocritement de paraître comme des citoyens loyaux et pacifiques de la nation qu'ils ont envahie. D'autres par ordre des mômes chefs, dirigent la subversion et la révolution afin de renverser les gouvernements patriotiques nationaux pour les remplacer par un gouvernement secrètement dirigé par un appareil judaïque de conquête du pauvre pays dans lequel ils se sont infiltrés.

Le lecteur pourra apprécier, dans les planches 1 à 3 publiées dans ce chapitre (empruntées au livre du dirigeant juif, rabbin Desider Holisher, intitulé « La Synagogue et ses gens » (Rabbin Desider Holisher. "The Synagogue and its People Edition", New York, 1955) le spectacle d'enfants et de jeunes juifs des Etats-Unis, instruits dans le Talmud et l'Ancien Testament de la Bible par leurs maîtres en ces matières, dont l'enseignement impérialiste et raciste les convertira en agents fanatiques de l'Impérialisme juif.

La discrimination raciale, que les Juifs pratiquent contre les Arabes dans l'Etat d'Israël et leur Impérialisme sioniste n'est rien d'autre que la conséquence du racisme, que le Judaïsme pratiquait déjà, il y a des milliers d'années, avant que naisse le Sionisme, la conséquence de l'acceptation par la nation juive, dispersée à travers le monde, de la Loi mosaïque, dont nous avons étudié les points essentiels dans ce présent chapitre.

Avant la création de l'Etat dit d'Israël, les juifs antisionistes ne voulaient pas que soit créé l'état de Sion ou d'Israël, jusqu'à ce que soit implantée dans le monde la dictature juive communiste, et qu'ils puissent faire ce qu'ils avaient envie, sans la moindre résistance.

A présent, devant le fait accompli, les juifs antisionistes considèrent que les intérêts expansionnistes de l'Etat d'Israël doivent être soumis aux intérêts juifs de domination mondiale et que, s'il était nécessaire, il faudrait freiner actuellement l'expansion de l'Etat d'Israël, si cela convenait aux intérêts du Judaïsme mondial, et que seulement après l'instauration d'une dictature communiste juive sur le monde entier, pour créer alors un grand Israël, plus grand encore que celui rêvé par les Sionistes, c'est-à-dire du Maroc et du Sahara à l'Inde et de la Méditerranée au Nigéria. Tandis que celui ambitionné par les Sionistes aurait seulement pour limites le Nil d'un côté et l'Euphrate de l'autre, d'accord avec ce qu'établit l'Ancien Testament de la Bible.

 

CHAPITRE II - DU MESSIANISME IMPERIALISTE AU NEO-MESSIANISME IMPERIALISTE

 

Au XVIIIè siècle le Rabbin Moïses Mendellsohn amorça la Réforme du Judaïsme, dont les premières Communautés furent condamnées par le Judaïsme traditionnel. La liberté religieuse établie par la réforme juive ouvrit aux Juifs matérialistes et athées la possibilité de demeurer dans le Judaïsme, sans être excommuniés ni pour autant expulsés de son sein.

Au XIXè siècle déjà se constitua entre Juifs réformistes, parmi lesquels se trouvaient des matérialistes et donc des athées, une société secrète intitulée "l'union des juifs pour la civilisation et la science" fondée en 1819 par un groupe d'Israélites allemands, fils de familles rabbiniques, dont les principaux étaient Léopold Zunz, qui fut directeur de l'Ecole normale israélite de Berlin, et ses amis Ganz et Moïse Moser.

Cette société secrète soutenait que le Judaïsme s'obstinait sans raison à espérer durant des siècles la venue d'un Messie personnel, qui, descendant du roi David de la Bible, assurerait aux Juifs la domination du monde.

En réalité la Bible et le Talmud ordonnaient que les Israélites, par leurs propres efforts et avec l'aide du Dieu juif, dominent peu à peu les peuples et leur enlèvent leurs richesses ; mais aussi ladite Bible, le Talmud et la Cabbale soutiennent que l'obtention de ces conquêtes, sera seulement absolue à la venue du Messie, le grand Guide envoyé par Dieu aux Israélites ou Juifs pour fortifier cette domination totalitaire sur les autres peuples.

Là-dessus, le Judaïsme traditionnel s'est appuyé, entre autres, sur les passages suivants :

«Le Messie donnera aux Juifs la domination du monde entier. Et tous les peuples lui seront soumis» (talmud de babylone, traité Shabb, feuillet 120, colonne 1).

«Le Messie donnera aux Juifs le sceptre réel du monde ; tous les peuples les serviront et toutes les nations du monde leur seront soumises» (talmud de babylone, traité Sanhédrin, feuillet 88 b, colonne 2 et feuillet 89 et 99 a, colonne 1).

De son côté le traité Pesachim du Talmud dit qu'au temps du Messie : « Les Juifs seront alors immensément riches, toutes les richesses des peuples tomberont dans leurs mains» (talmud de babylone, traité Pesachim, feuillet 118 b).

De son côté Jalqut Simeoni interprétant le Talmud, dit : au temps du Messie : « Chaque juif aura deux mille huit cents serviteurs» (Jalqut Simeoni, feuillet 58 et Bachai, feuillet 168.).

Et Abrabanel, l'une des plus grandes autorités juives sur la Bible et le Talmud assure : «Les temps du Messie seront précédés par une grande guerre, dans laquelle périront les deux tiers de l'humanité » (Abarbanel. Masmia Jesua, feuillet 49a).

D'autre part les traités Pesachim et Sanhédrin du Talmud de Babylone prédisent, qu'aux temps du Messie, la Trésorerie d'Israël sera si grande, qu' «il faudra trois cents mules pour garder les clés des coffres dans lesquels sont conservés les trésors enlevés aux autres peuples » (talmud de babylone, traité Pesachim, feuillet 118 b, 119 et traité Sanhédrin, feuillet 110 b).

A cette doctrine traditionnelle du Judaïsme, l' «Union des Juifs pour la Civilisation et pour la Science» opposa la thèse que le Messie promis par la Bible et le Talmud n'était qu'un simple symbole, et non un Guide en chair et en os. A cette thèse a été donné le nom de néo-messianisme.

Cependant les néomessianistes demeurèrent divisés sur le terrain religieux, au moins en deux secteurs : celui de ceux qui, tout en niant la venue d'un Messie personnel, continuaient de croire en l'existence du Dieu d'Israël - qui prêtera toujours son appui aux Juifs dans leur entreprise de conquérir le monde entier. Et ceux qui, niant l'existence de Dieu et professant un matérialisme moniste, considéraient que le peuple juif réaliserait cette conquête mondiale, grâce à sa supériorité raciale, politique et économique et par son seul et unique effort.

Une lutte secrète farouche entre rabbins et chefs de communautés juives s'engagea entre les neomessianistes et autres Juifs réformistes et le judaisme traditionnel, qui dorénavant prit le nom d'orthodoxe, et fulmina en vain les excommunications contre les novateurs.

Au schisme menaçant, le Synode universel de Berlin de 1889, mit fin en décrétant dans le Judaïsme la liberté religieuse, limitée à la liberté accordée à toutes les factions qui interprètent de différente manière la religion du Dieu d'Israël et tolérant l'existence, à l'intérieur de la nation juive d'Israélites libres-penseurs et même matérialistes et athées, à condition qu'ils soient des membres loyaux du peuple d'Israël et qu'ils se soumettent aux décrets de ses communautés et de ses chefs. Les Juifs sans religion ou athées, excommuniés par le Judaïsme orthodoxe, forment leurs propres communautés, qui possèdent des représentants avec le droit de parole et de vote dans les Conseils, Synodes et gouvernements secrets d'Israël INTERNATIONAL.

Mais cette soi-disant liberté religieuse ne permet en aucune manière qu'un juif ou une juive se convertisse sincèrement au christianisme, à l'islamisme ou à quelqu'autre religion. Ces types de conversion encourent les crimes d'Apostasie, dans le Judaïsme religieux et de désertion dans le Judaïsme sans religion ; et dans les deux cas ils sont punis de mort, généralement par empoisonnement, quelque médecin juif delivrant un certificat d'infarctus ou de quelqu'autre cas de mort naturelle.

Parfois à cette peine s'ajoute l'empoisonnement d'un des enfants ou membres de la famille, conformément aux règles établies dans la Bible contre les apostats. De sorte qu'il est actuellement impossible à un juif ou à une juive de se convertir sincèrement et réellement à une autre religion. Et quand ils feignent de le faire, ils se convertissent en espions ou en agents de noyautage et de contrôle dans la religion qu'ils font semblant d'adopter.

Au cours de l'histoire de l'humanité, beaucoup d'hommes bien intentionnés ont cru que le socialisme collectiviste ou le communisme est l'unique système susceptible d'en finir avec l'exploitation de l'homme par l'homme et avec l'inégalité sociale, afin d'améliorer la vie des classes travailleuses.

Au XVIè siècle, sir Thomas More arriva à la conclusion que la propriété privée était la cause de beaucoup de maux pour le peuple et que seule la collectivisation des richesses en finirait avec l'égoïsme et la pauvreté. A cause de ses divergences religieuses avec le roi Henri VIII d'Angleterre, ce dernier lui fit couper la tête à la Tour de Londres.

Parmi les autres cas d'hommes bien intentionnés, qui ont cru que le communisme solutionnerait l'injustice et la pauvreté, j'en citerai un autre.

Vers l'an 500 de l'Ere chrétienne, surgit dans l'empire Perse un dirigeant appelé Mazdak, qui prétendit réformer la religion de Zoroastre, en affirmant que seule la collectivisation des biens éliminerait l'égoïsme et la cupidité, sources de tous les maux, et assurerait la victoire en ce monde au Dieu du Bien (Ormuz) sur le Dieu du Mal (Ariman).

Le roi de Perse Cavad (488-531) accepta les prédications de Mazdak et rendit un décret, supprimant la propriété privée et instaurant la collectivisation des richesses. Les nobles perses renversèrent le roi Cavad et rétablirent le régime de la propriété privée. Mais les masses populaires, avec l'aide des Huns, restaurèrent Cavad et rétablirent le communisme. Mais comme le roi Cavad décréta l'expropriation des biens des juifs avec ceux des autres, les Israélites habitants de l'empire perse se soulevèrent et proclamèrent l'indépendance de la région de Babylonie (qu'il ne faut pas confondre avec l'antique cité de Babylone).

Ladite région perse était presque totalement envahie par les Juifs qui, après s'être révoltés, rétablirent le régime de la propriété privée.

Le grand historien juif Heinrich Graetz reconnaît que le chef communiste Mazdak «était absolument sincère et menait une vie ascétique » (Heinrich Graetz, History of the Jews, Edition Philadelphie 1956, tome III, chapitre I, pp. 1 à 3).

Les Juifs condamnent tout communisme qui nuit à leurs intérêts, mais au cours de son histoire le Judaïsme traditionnel tenta de l'utiliser comme instrument pour dominer et réduire en esclavage les Gentils et s'emparer de leurs richesses, au moyen de révolutions, qui renversant les gouvernements existants et les remplaçant par des gouvernements contrôlés par des chefs révolutionnaires juifs, convertiraient les individus en esclaves d'un Etat qui exproprierait leurs richesses.

A travers plusieurs mouvements hérético-révolutionnaires du Moyen Age, comme les Albigeois et les Hussites, les Juifs clandestins qui manipulaient leur aile extrémiste essayèrent de le faire.

Et à l'époque moderne, la secte anabaptiste de Münster, dirigée par de faux-chrétiens, juifs clandestins, fit un moment la même chose, s'intitulant "ISRAEL NOUVEAU" et sa capitale la "JERUSALEM NOUVELLE", en commettant des massacres de civils inoffensifs et en prétendant utiliser le communisme pour dominer les Gentils, s'emparer de leurs richesses et les soumettre à l'esclavage d'une "SOCIETE" ou Communauté, contrôlée par une dictature israélite.

Au début du XIXè siècle, l' «Union des Juifs pour la Civilisation et pour la Science» a été l'une des organisations juives les plus importantes, en planifiant au cours du siècle passé, la manière d'utiliser le système communiste, comme un simple instrument, pour réaliser les vieilles ambitions de l'Impérialisme d'Israël.

A cette importante société secrète NEOMESSIANISTE, s'affilia également le rabbin Baruch Lévy, maître israélite du jeune Karl Marx (dont le nom juif était Mardochée Kissel Mordekay), héros israélite du Livre biblique de la reine Esther, qui, grâce à cette reine put s'emparer - selon le récit biblique - du gouvernement de l'empire perse, en obtenant de l'empereur qu'il procède à un massacre général des Perses qui luttaient contre l'invasion juive, d'abord hypocritement pacifique, et plus tard révolutionnaire (bible, livre d'esther).

Les Juifs commémorent chaque année, pour la fête qu'ils appellent "Purim de la reine Esther" ce récit biblique, et ils exhortent leurs filles à imiter la reine Esther, se servant de l'amour pour attraper les chefs d'Etat et les magnats gentils, afin d'aider la communauté juive à s'emparer du gouvernement de la nation ou de l'institution non juive dont le chef épouse la nouvelle Esther israélite. Ainsi avons-nous assisté, au cours de l'histoire, au spectacle de nouvelles Esther, s'emparant non seulement du gouvernement de certains peuples, mais aussi d'INSTITUTIONS NON-JUIVES importantes, comme de grandes affaires, d'écoles privées, de journaux, d'entreprises de cinéma, de stations de radio et de télévision, de maisons d'édition, etc.

La mainmise de la communauté juive sur ces grandes entreprises se produit quand les fils de la nouvelle Esther et du magnat non-juif sont introduits secrètement dans le Judaïsme par leur mère et par les rabbins et prêtent tous les serments d'obéissance, aveugle et totale aux dirigeants de la secte israélite de juifs métis, de sang mêlé, dans laquelle ils sont introduits (comme nous le verrons plus bas).

Kart Marx naquit à Trêves (Allemagne), selon les uns le 5 mai 1814, et selon les autres en 1818. Il descendait, par son père et par sa mère, de deux anciennes familles israélites de rabbins talmudistes, c'est-à-dire de dirigeants juifs spécialisés dans l'étude et dans l'enseignement du Talmud, dont j'ai rappelé au chapitre précédent les doctrines promotrices de l'impérialisme israélite.

La famille de Marx était donc de forte souche impérialiste. Son propre grand-père ayant été le chef rabbin des juifs de Cologne. Lorsque Marx avait à peine six ans, son père feignit de se convertir au protestantisme, et fit baptiser aussi son fils Karl. Mais la famille Marx continuait - comme dans la plupart des cas analogues - de pratiquer en secret le judaïsme et pour cette raison son père envoya Karl chez les rabbins s'instruire sur la Bible et le Talmud, qui fanatise tous les enfants israélites, avec l'idée qu'ils doivent dominer le monde et s'emparer des richesses de toutes les nations.

A mesure qu'il grandissait, le jeune Marx fit germer en lui l'idée de trouver le moyen de réaliser une rapide expropriation des biens de tous les peuples, afin de les remettre aux mains des juifs, et dans cette affaire l'un de ses maîtres l'aida de façon décisive, le dirigeant israélite rabbin Baruch Lévy, affilié à la secte Néomessianiste que je viens de mentionner.

Ledit rabbin écrivit à son élève une lettre dont la publication à la fin du siècle dernier provoqua un grand scandale en Europe, car elle contient un résumé de la doctrine révolutionnaire du Néomessianisme juif.

Dans cette lettre, le rabbin Lévy disait à Marx ce qui suit :

«En sa totalité, le peuple juif sera lui-même son propre Messie. Son règne sur l'Univers se réalisera par l'unification des autres races humaines, la suppression des monarchies et des frontières qui sont le boulevard du particularisme, et l'établissement d'une République universelle, qui reconnaîtra partout les droits de citoyenneté aux Juifs. Dans cette nouvelle organisation de l'humanité, les fils d'Israël actuellement disséminés sur toute la surface de la terre, tous de la même race et de la même formation traditionnelle, parviendront sans grande opposition à être partout l'élément dirigeant, surtout s'ils peuvent imposer aux masses ouvrières des chefs juifs. Ainsi, à la faveur de la victoire du prolétariat, les gouvernements de toutes les nations passeront aux mains des juifs lorsque se consti­tuera la République universelle. Alors la propriété individuelle pourra être supprimée par les gouverne­ments de race juive, qui pourront ainsi administrer partout les richesses des peuples. Et ainsi se réalisera la promesse du Talmud, que, lorsque viendront les temps messianiques, les Juifs détiendront sous leurs clefs les biens de tous les peuples de la terre»[5].

Dans le cas de Marx et du marxisme, l'intervention juive fut tellement patente et manifeste qu'il a été impossible de cacher la main israélite dans cette grande entreprise, alors que les juifs s'efforcent en règle géné­rale de la camoufler. Pourtant les Juifs ont eu recours à toutes sortes de sophismes et de manœuvres pour essayer de tromper et de désorienter les peuples, en prétendant que Marx était un juif renégat, délié déjà du Judaïsme. Les faits que nous venons de mentionner et le document que nous avons transcrit prouvent qu'il n'était en aucune façon un juif renégat mais un juif militant et actif. A l'appui de ceci existent en outre un ensemble impressionnant de preuves, dont, à cause de la brièveté de ce travail, je ne mentionnerai que quel­ques-unes.

Comme toute personne cultivée le sait, la preuve par aveu est la plus probante de toutes, c'est pourquoi j'en use constamment dans ce livre citant les confessions des auteurs et des documents juifs, dont la valeur probatoire est définitive.

L'historien juif Dr Max Raisin, dans son livre "His­toire du Peuple d'Israël"[6], après avoir reconnu le rôle de première importance que les Juifs ont eu dans la révolution libérale bourgeoise allemande de 1848, dit que «le Socialisme a été lui-même jusqu'à un certain point, un produit de l'esprit juif. Dans le domaine de la théorie et de l'analyse scientifique il fut l'œuvre de Karl Marx, et comme facteur politique au sein de l'Empire allemand, il repose sur un autre israélite, Ferdinand Lassalle, organisateur génial». En outre, l'historien israélite en question fait l'éloge d'un autre juif socialiste Edouard Bernstein, chef du parti social­démocrate (Dr. Max Raisin. Op. cit. ibidem, p. 57).

Ainsi voyons-nous les israélites à l'origine des divers courants du socialisme, du plus radical au plus modéré. Une tactique juive qui a fait ses preuves au cours de l'histoire.

Un autre célèbre écrivain juif contemporain et grand admirateur de Marx, Bernard Lazare, a écrit sur Marx ce qui suit :

«Ce descendant d'une lignée de rabbins et de docteurs (du Judaïsme) a hérité de toute la force logique de ses ancêtres ; il a été un TALMUDISTE lucide et clair, qui ne s'embarrasse pas des candides minuties de la procédure ; un TALMUDISTE qui s'est occupé de la sociologie et qui a appliqué ses qualités d'exégète à la critique de l'économie politique, animé qu'il était par le matérialisme hébraïque»... «On pourrait également démontrer ce que Borne, Lassalle, Moïse Hess et Robert Blum, avaient hérité de leur origine hébraïque, comme Disraëli[7], et ainsi l'on aura la preuve de la persistance chez ces penseurs de l'esprit juif que nous avons signalée chez montaigne et chez spinoza»[8]...

Cet illustre dirigeant politique et écrivain juif nous précise que Marx, non seulement procédait d'une famille de rabbins talmudistes, mais que lui-même devint "un Talmudiste lucide et clair", c'est-à-dire un maître dans l'enseignement de l'impérialisme raciste d'Israël[9].

CHAPITRE III - LE POUVOIR OCCULTE DU JUDAISME ET SES REVOLUTIONS

 

Lorsque les nations envahies par les colonies israélites découvrirent que celles-ci essayaient de conquérir et de gouverner les pauvres peuples qui les avaient reçus comme leurs hôtes, alors les rois et les gouvernements de ces peuples prirent des mesures politiques pour les défendre de ces envahisseurs, interdisant à ces derniers d'obtenir des grades dans les armées locales ou des postes dans le gouvernement, etc., et parfois en arrivèrent à expulser les juifs du pays.

Les israélites impérialistes, pour tourner ces mesures défensives, s'efforcèrent de les faire abroger, en répandant des rumeurs de discrimination raciale ou religieuse, ou en utilisant de façon réitérée bien d'autres trucs jusqu'à nos jours. Mais, lorsqu'elles demeuraient sans résultat, les Juifs recouraient à la fraude des fraudes, FEIGNANT abandonner la nation et la religion juives, pour se dissimuler en membres du peuple envahi, en feignant de se convertir à sa religion et en changeant leurs noms et prénoms contre ceux courants chez le peuple envahi, qu'ils prétendaient conquérir en s'infiltrant chez lui, à la manière du cheval de Troie[10].

«Mais, en même temps que ces Juifs abandonnaient en apparence le Judaïsme, continuant à se considérer comme juifs en secret ils assistaient à des synagogues secrètes cachées dans des maisons particulières et faisaient partie des communautés israélites secrètes de chaque pays, obéissant aveuglément à leurs dirigeants. Leurs intentions étaient et sont encore de conquérir le pays dans lequel ils vivent, en agissant comme agents secrets de la nation israélite qui a envahi toutes les nations du monde».

«Les familles de ces Juifs, faussement converties au christianisme, après avoir pris comme on l'a dit des noms et prénoms chrétiens, pratiquent publiquement les rites chrétiens, parfois avec une grande dévotion apparente. Ils baptisent leurs enfants, les éduquent dans unes école chrétienne, mais, une fois arrivés à l'âge de pouvoir garder des secrets, et après avoir passé de strictes épreuves à ce sujet, pour démontrer qu'on peut leur faire confiance, ils les initient aux secrets du Judaïsme en des cérémonies impressionnantes, qu'ils célèbrent depuis des siècles jusqu'à aujourd'hui, dans lesquelles les enfants prononcent des serments terribles d'obéissance, de secret et bien d'autres, tandis qu'en outre on les menace de mort s'ils révèlent les secrets qui leur ont été confiés. Ces enfants et ces adolescents étaient et sont encore introduits dans des sociétés ultra-secrètes et des communautés crypto-juives ou du Judaïsme clandestin». Des choses analogues se produisent chez les peuples bouddhistes, HIndouistes, Musulmans et d'autres religions.

«De cette façon, des millions de familles chrétiennes, musulmanes, bouddhistes et de toutes les religions, mais seulement en apparence, ont fait passer pendant des décades et même des siècles, de pères à fils et d'une génération à une autre, jusqu'à nos jours, la doctrine secrète du Judaïsme et des sociétés secrètes».

«Au cours des siècles, toute trace s'est perdue de leur origine judaïque et pour cette raison de telles familles ont réussi à paraître de vrais et réels membres de la nation dans laquelle ils vivent, et à en faire partie, ce qui leur permet de noyauter, sans aucun problème, son gouvernement, ses partis politiques, son armée, et toutes les associations et institutions du pays. De même s'infiltrent-ils dans le Clergé de toutes les religions sacerdotales et dans la direction de toutes religions». En les mettant au service d'Israël, du judaïsme et du communisme[11].

«Ces fausses conversions des Juifs au christianisme furent découvertes en bien des cas, aussi bien par l'Eglise que par les Empereurs ou les Rois, qui dictèrent des lois et des décrets, tant pour combattre les infiltrations israélites dans la société et le Clergé, que les révolutions qu'ils montaient afin de conquérir les nations chrétiennes».

«Ces révolutions, secrètement dirigées par un appareil juif clandestin de conquête, furent appelées hérésies au Moyen Age, parce qu'elles tentaient de renverser l'ordre religieux existant alors. Mais beaucoup d'entre elles, comme les Cathares, les Albigeois et les Hussites, furent des révolutions de caractère communiste, qui n'essayaient pas seulement de renverser le système religieux, mais aussi l'ordre politique, social et économique existant alors. Elles furent les précédents de l'actuelle révolution judaïque socialiste ou communiste, qui échouèrent parce que la Chrétienté médiévale créa une organisation capable de les détruire».

«Cette organisation, grandement calomniée au cours de l'Histoire, car les Juifs calomnient ceux qui s'opposent à leurs tentatives de domination, a été la Sainte Inquisition, organe de répression, fondé au début du XIIIè siècle pour démasquer et brûler ces faux-chrétiens, restés juifs en secret et briser les hérésies et les révolutions qu'ils organisaient pour dominer les peuples. L'Inquisition utilisait la torture pour découvrir les hérésiarques - qui étaient les révolutionnaires de cette époque - et la force secrète juive qui contrôlait la révolution, appuyée du haut des propres chaires de l'Eglise par des prêtres, des évêques, des cardinaux, faux-chrétiens, juifs clandestins, qui, de leur chaire, lavaient le cerveau de leurs ouailles».

«Mais, lorsque l'Inquisition annihilait cette force secrète juive, la révolution échouait. Les Inquisiteurs disaient, qu'à moins de détruire la tête, - le Judaïsme - il serait impossible de pacifier les nations chrétiennes...»

Lorsque l'Inquisition découvrait que quelque chrétien était juif en secret, elle le mettait dans des cachots secrets, afin que l'espionnage juif n'ait pas le temps de lui dire ce qu'il devait répondre aux questions qui lui seraient posées. Ensuite, au moyen de la torture ou en mettant dans sa cellule privée un autre prisonnier, qui feignait être juif, ou par tout autre moyen utilisé par les Frères Inquisiteurs, ceux-ci obtenaient du juif pris et coupé de tout contact extérieur, la révélation des noms de tous ceux qu'il savait juifs, et surtout de leurs chefs et des Juifs infiltrés dans le Clergé catholique ou dans toute autre Institution importante.

Tous les dénoncés étaient immédiatement enfermés et torturés pour les obliger à dénoncer davantage et davantage encore de noms de chrétiens au-dehors, juifs secrets au-dedans, et surtout les noms de prêtres, d'évêques, de cardinaux, de chefs civils ou militaires, de juifs clandestins infiltrés dans les corporations d'artisans, les Universités, les villages pour y semer la subversion et aux dirigeants secrets de la révolution ou de la subversion, et surtout aux rabbins et autres dirigeants Suprêmes du Judaïsme, que l'on enfermait immédiatement, en les obligeant par la torture et autres moyens en usage, à donner de nouveaux noms, à révéler le lieu où se trouvaient les archives secrètes de la Fraternité, de la Communauté locale ou régionale, contenant listes et fiches des membres et des chefs. On poursuivait la torture et les recherches jusqu'à ce que la Sainte Inquisition ait pu détruire la Cinquième Colonne juive qui envahissait le pays et pacifier ce dernier. Il est naturel que celles qui disaient le plus de vérités sous la torture étaient les femmes, ces criminelles-là infiltrées dans l'Eglise du Christ pour la détruire.

La Sainte Inquisition réussit à trouver des archives secrètes, entre des murs, dans des caves bien camouflées ou même dans des caves d'églises chrétiennes et de couvents, contrôlés par des juifs ou juives infiltrés dans le Clergé, ou dans les maisons de gouvernants, d'évêques, etc., qui jouissaient de la réputation de bons chrétiens.

Pour tout ce qui vient d'être dit, l'Impérialisme juif raciste, qui domine une grande partie du monde, considère la torture comme l'ennemi N° 1, "quand on l'utilise contre lui" car les Juifs envahisseurs de tous les pays du monde savent que les Polices peuvent seulement en utilisant la torture, découvrir et détruire toutes les ramifications des sectes juives, qui ont provoqué des millions et des millions de morts, au cours des guerres et des révolutions. C'est pourquoi depuis deux siècles les Juifs font la guerre à leur grand ennemi la "TORTURE".

Dans les livres de texte faits par des Juifs, dans les écoles et les Universités, la presse, la radio et la télévision juives, les organisations fantoches pour les Droits de l'Homme, manipulées par le Judaïsme, les Eglises qu'ils contrôlent et les autres moyens de propagande sont contre la torture et lavent le cerveau à la moitié du monde sur ce sujet. Mais les Juifs protestent seulement contre la torture appliquée contre eux ou contre leurs pantins révolutionnaires, et craignent par-dessus tout qu'elle soit de nouveau utilisée pour libérer les nations de la domination et de l'oppression juives. Mais cette propagande juive contre la torture est hypocrite, car les Juifs sont ceux qui l'ont utilisée et l'utilisent avec le plus de cruauté dans des pays comme la Russie, l'Ukraine, la Pologne, la Hongrie et les autres nations oui sont tombées sous l'esclavage israélite, ou les gouvernants juifs utilisent la torture avec plus d'extension et de cruauté qu'en quelqu'autre peuple au monde. La torture a été utilisée avec l'approbation des Papes et des Conciles de l'Eglise catholique pendant six cents ans, afin de défendre les nations et l'Eglise contre la conquête juive.

La nation juive qui envahit toutes les nations du monde a déclaré depuis des millénaires à tous les autres peuples, une guerre secrète, lâche, assassine, en utilisant des armes comme la torture. Et lorsqu'on est en guerre il serait suicidaire de ne pas employer des armes aussi destructrices que celles de l'ennemi. Dans toute guerre, on doit combattre l'ennemi par les mêmes armes qu'il emploie, si l'on ne veut aller à la défaite. Et personne n'a le droit de condamner nos peuples à la servitude qui les attend si le Judaïsme gagne la bataille finale, dans cette guerre injuste qu'il a déclarée en secret à l'humanité.

Pour en revenir à l'Inquisition, les faits ont démontré que dans ces pays où l'Inquisition ou les gouvernements se bornèrent à détruire les seules organisations révolutionnaires et secrètes, sans détruire totalement les Communautés juives publiques ou clandestines, qui organisaient dans l'ombre et dirigeaient les premières, le pays retrouvait momentanément la paix, tandis que les sectes juives reconstituaient l'appareil révolutionnaire détruit par lesdits gouvernements et ladite Inquisition.

Mais dans les pays où l'Inquisition put détruire, non seulement l'appareil hérético-révolutionnaire mais aussi le cerveau qui l'organisait et le dirigeait, c'est-à-dire les communautés juives publiques ou clandestines, dans ces pays l'Inquisition réussit à établir la paix dans la région pendant des décades et des siècles, car pour qu'apparaisse une nouvelle subversion, hérésie ou révolution, il fallait que de nouveaux juifs s'infiltrent secrètement dans la région, plus tard.

Les Papes, les Conciles de l'Eglise, les Empereurs, ceux d'Allemagne comme de Constantinople et les Rois découvrirent et confirmèrent pendant plusieurs siècles que les communautés secrètes du crypto-judaïsme ou du Judaïsme clandestin étaient en réalité le pouvoir secret qui organisait, dirigeait et répandait les hérésies révolutionnaires, les mouvements communistes et la révolution mondiale.

Des milliers de documents signés par les rois, les empereurs, les papes et les conciles le prouvent et les archives médiévales de l'Europe en sont remplies. Les archives de la Sainte Inquisition présentent un intérêt spécial[12].

La Sainte Inquisition a échoué, en premier lieu, parce que les Papes et les princes, dans bien des cas, ne voulurent pas détruire les Juifs, sinon sauver leurs âmes et leur ouvrir les portes du ciel. De sorte que, lorsque l'Inquisition avait ses prisons pleines de cryptojuifs et même des juifs révolutionnaires les plus dangereux, arrivaient souvent des lois et décrets des Papes ou des Rois, accordant aux conspirateurs et criminels juifs emprisonnés un pardon général, qui les sauvait du bûcher.

De cette façon le travail efficace de mois et d'années, effectué par les Inquisiteurs pour découvrir un à un les faux-chrétiens, secrètement juifs, infiltrés dans l'armée, la police, le gouvernement, le Clergé chrétien, les corporations d'artisans, les organisations paysannes, les écoles, les Universités, etc., qui répandaient la subversion et la révolution, se trouvait détruit en une semaine par les lois des Papes et des Rois, accordant un pardon général, obtenu par les puissants dirigeants juifs d'autres pays.

L'on obtenait ces lois suicidaires pour le peuple chrétien, en disant aux Papes et aux Rois que si Jésus-Christ pardonna à ses ennemis et ordonna aux chrétiens de pardonner à leurs ennemis, le Pape et les Rois devaient obéir et pardonner à tous les conspirateurs juifs, soit en les sauvant du bûcher, soit en les libérant dans d'autres cas. Les historiens juifs s'accordent à dire que dans certains cas les décisions de pardon général furent obtenues en donnant au Pape ou au Roi assez d'or pour les convaincre. C'est ce que disent les auteurs juifs Graetz, Cecil Roth et autres.

A la suite de ces lois des Papes et des rois, accordant le pardon général, les organisations secrètes du Judaïsme clandestin purent réorganiser leurs conspirations et préparer de nouveaux mouvements révolutionnaires, en s'infiltrant non seulement dans les gouvernements et dans le Clergé des Eglises chrétiennes, mais jusque dans la Sainte Inquisition même, au point de disposer d'assez de pouvoir pour organiser, d'abord au XVIè siècle et ensuite au XVIIIè et au XIXè les mouvements libéraux, d'abord religieux et ensuite politiques, qui, au nom de la liberté et spécialement de la liberté religieuse - deux bien belles idées - parvinrent à contrôler les peuples et à supprimer la Sainte Inquisition, avec l'appui de ces peuples. Mais moi-même, je suis tellement amoureux de la liberté que je serais tombé dans le piège juif, si je n'avais pas connu ce que je suis en train d'écrire dans ce livre.

La grande erreur fut que les nations chrétiennes, après la suppression de la Sainte Inquisition, n'instaurèrent point une autre police secrète, non-religieuse, c'est-à-dire un organisme politique, secret, destiné non seulement à détruire l'appareil de subversion, terroriste et révolutionnaire, mais aussi les sectes juives qui l'organisent, le dirigent et le réorganisent. Unique façon de défendre l'indépendance et la liberté de nos nations envahies par ces cinquièmes colonnes de la nation d'Israël, qui, sans que personne cherche à les détruire, ni même à surveiller leurs mouvements, agissent en toute liberté, déchirant les peuples par la subversion, le terrorisme et la révolution, au point d'IMPOSER OU D'ESSAYER D'IMPOSER, chez certains la dictature juive totalitaire, sous l'étiquette du socialisme ou du communisme.

Nous citons plus bas d'autres paragraphes de l'écrivain polonais Louis Bielsky, sur l'infiltration crypto-juive dans d'autres pays et d'autres religions du monde :

«...L'infiltration menée à bien contre les peuples chrétiens, a eu lieu aussi dans les pays musulmans et bouddhistes, et même dans l'Inde, au Japon et chez d'autres peuples, chez lesquels les envahisseurs israélites se sont en grande partie faussement convertis à la religion dominante de chaque pays et ont abandonné aussi leurs premiers noms et prénoms juifs pour adopter les prénoms de la religion à laquelle ils se sont faussement convertis et des noms communs dans le pays».

«Et une fois que les juifs se marient avec des chinoises, des hindoues, des noires d'Afrique, des japonaises, etc., et que leurs filles se marient de nouveau avec des indigènes de ces pays, les familles juives secrètes paraissent racialement chinoises, hindoues, noires, perses, vietnamiennes, arabes, etc., et les écrivains juifs disent qu'elles ont l'aspect racial des authentiques chinois, hindous, noirs, vietnamiens ou japonais, et qu'il est quasi impossible de les distinguer du reste de la population».

De sorte que toutes ces nations, comme les chrétiennes, si elles veulent sauver leur indépendance, doivent créer des organismes de défense de leurs peuples, qui, employant tous les moyens d'investigation, détruisent non seulement la subversion, le terrorisme et la révolution, mais spécialement la cinquième colonne clandestine de l'Impérialisme juif raciste, qui ensanglante et déchire les nations pour les conquérir et les dominer. Si les gouvernements de ces pays, comme ceux des nations chrétiennes, n'osent pas extirper la cinquième colonne de cette nation étrangère qui les a envahis, non seulement leurs peuples continueront de subir le terrorisme, la subversion et des révolutions sanglantes, mais ils seront coupables de ce qu'un jour, lorsque cette cinquième colonne pourra, avec l'aide des pouvoirs mondiaux du JUDÉO-COMMUNISME, implanter dans leur nation la dictature Judéo-communiste, avec les assassinats massifs de la terreur rouge, l'expropriation des biens privés, le peuple sera jeté dans la plus cruelle et horrible servitude, jamais implantée dans l'histoire de l'humanité.

Dans n'importe quelle Encyclopédie officielle du Judaïsme le lecteur peut trouver des informations sur le judaïsme chinois, les Juifs noirs "felashas", ceux de l'Inde et autres et comme les Encyclopédies juives se trouvent à la disposition de quiconque dans les bibliothèques publiques, elles dissimulent sous une forme ou sous une autre le péril que représentent ces infiltrations juives chez les différents peuples du monde mais elles contiennent parfois une bibliographie intéressante qui peut mettre le lecteur sur des traces correctes et augmenter ses connaissances dans cette affaire» (Louis Bielsky. Op. Cit. et édition citée).

C'est la raison pour laquelle ce pouvoir secret a été appelé par beaucoup d'écrivains le Pouvoir occulte derrière la Franc-Maçonnerie, les Illuminés de Bavière, les Carbonari et autres sociétés secrètes y compris le Parti communiste et d'autres mouvements subversifs.

C'est un pouvoir secret ; parce que personne ne sait que les hommes et les femmes qui le composent sont juifs, parce que tous appartiennent à des familles qui ont été parfois pendant des décades ou des siècles, ouvertement chrétiennes, bouddhistes, musulmanes, etc., pieuses en apparence, bons fidèles de la religion dominante et membres du peuple dans lequel ils sont infiltrés dans chaque nation, et que personne ne sait qu'ils sont secrètement juifs, et que personne ne sait quelle espèce de pouvoir secret les réunit pour conquérir et dominer la nation dans laquelle ils sont infiltrés.

Le Judaïsme public conspire aussi avec le clandestin. Et lorsqu'il agit les gentils identifient mieux ses membres comme juifs, découvrent ainsi de façon évidente, dans certains cas, la main juive qui dirige les conspirations et les révolutions, avec l'aide de collaborateurs gentils qu'ils ont trompés, en leur faisant croire que ces révolutions sont destinées à libérer les peuples, à améliorer leur niveau de vie et à satisfaire toutes les aspirations et tous les besoins de ces peuples.

Je ne désire pas terminer ce chapitre sans faire allusion, aussi brève soit-elle, au contrôle exercé par le Judaïsme clandestin sur les églises chrétiennes, afin de les utiliser au profit du peuple d'Israël et des révolutions judaïques, et plus spécialement de la communiste.

La lutte pour dominer l'Église catholique dure depuis des siècles. Déjà en l'an 1130, le cardinal Pierleoni - juif clandestin, arrière-petit-fils d'un grand rabbin de Rome - soi-disant converti au christianisme, fut élu pape par les trois quarts des cardinaux. Il mourut à Rome en 1138 avec tous les honneurs de la Papauté. Il est connu dans l'histoire comme l'anti-Pape Anaclet II et que les cardinaux, crypto-juifs qui l'avaient nommé, élirent Pape à un autre juif clandestin, qui prit le nom de Victor IV.

L'Eglise catholique se libéra cette fois de la domination juive, grâce à l'armée de l'Empereur d'Allemagne Lothaire, qui, à la prière de saint Bernard, Père de l'Eglise, et de saint Norbert prit d'abord la cité de Milan et d'autres boulevards des Pierleoni et finit par l'occupation militaire de la Cité de Rome, qui fut ensuite spirituellement conquise par l'éloquence et la sainteté de saint Bernard. Le faux pape juif, Victor IV fut obligé de capituler en rendant le château Saint Ange, après quoi saint Bernard le déposa, l'enferma et mit à sa place un Pape réellement chrétien qui prit le nom d'Innocent II[13].

L'actuelle crise de l'Eglise catholique et des autres églises chrétiennes est due à l'infiltration d'enfants crypto-juifs, chrétiens d'apparence, qui entrent dans leurs séminaires pour envahir le Clergé desdites églises et en prendre la direction.

C'est pourquoi de telles Eglises, qui pour la plupart luttèrent pendant des siècles contre le Judaïsme, le pire ennemi du Christ et de son Eglise, ont été mises à présent au service d'Israël, de son terrorisme, de sa subversion et de ses révolutions, y compris la communiste.

Ces juifs en soutane de pasteurs protestants, de prêtres catholiques ou de papes orthodoxes, d'évêques et de cardinaux lavent le cerveau des chrétiens qui accourent dans ces églises, avec tout ce qui convient aux intérêts d'Israël et de sa révolution mondiale. C'est la pire catastrophe qu'ait souffert le Christianisme dans toute son histoire et c'est un véritable malheur pour toutes les nations.

Le prêtre catholique mexicain, Dr Joaquin Sâenz y Arriaga, prouve dans ses livres intitulés : "La Nouvelle Eglise Montinienne" et "Sede Vacante"[14], que Jean-Baptiste Montini est un juif clandestin, qui a réussi à occuper le poste de Pape sous le nom de Paul VI, de même que le cardinal juif Pierleoni usurpa la Papauté en l'an 1130, Paul VI utilisant sa position de pseudo-Pape pour placer l'Eglise catholique au service du communisme judaïque et des autres révolutions, libérales ou socialistes, contrôlées par le Judaïsme clandestin.

 

CHAPITRE IV - LA COMMUNAUTE JUIVE EST UNE SOCIETE TOTALITAIRE

 

Les communautés israélites ou juives - publiques ou clandestines - infiltrées dans toutes les nations du monde, sont en réalité les colonnes d'invasion d'une nation étrangère, dans les nations ou Etats victimes d'une telle invasion.

Le truc consistant à représenter ces dites communautés comme seulement religieuses n'a d'autre objet que de dissimuler sa vraie nature et de légaliser l'invasion à l'abri du bel idéal de la liberté religieuse.

Les Juifs ont tenté de donner à leurs communautés israélites une apparence publique inoffensive. Mais ce sont en réalité des sociétés secrètes de contrôle totalitaire sur les individus qui en font partie.

Un illustre juif, Jacob Alexandrovitch Brafman, milita activement dans les organisations secrètes israélites et parvint à connaître leurs secrets, cachés à tous les non-juifs.

Cette connaissance lui fit tellement horreur, quant à la malfaisance du Judaïsme, qu'il se présenta au tsar Alexandre II de Russie, pour lui dénoncer les secrets de l'organisation interne des colonies ou communautés juives.

Au sujet de tout ceci, il dit dans son œuvre intéressante et documentée, intitulée "Le Livre du Kahal", en russe "Kniga Kagala" que le juif est un individu totalitairement assujetti à la communauté israélite, en matière politique, économique, religieuse, militaire, culturelle et jusque dans sa vie privée. C'est donc l'homme le plus privé de liberté qui existe au monde. Il a prêté des serments terribles de garder le secret sur tous les secrets des Fraternités et des Communautés juives, et de ses organes de gouvernement, également secrets. Et comme l'assure le dénonciateur, ces serments existent depuis dix-huit siècles[15].

De sorte que le juif n'est pas libre, comme les autres hommes, de choisir le travail qu'il désire, mais qu'il doit obéir aux ordres de ses chefs et choisir la fonction ou la profession que ceux-ci ordonnent, comme son lieu de travail. S'il désire entrer dans un parti politique ou participer à quelque activité politique, économique, religieuse ou culturelle que ce soit, il doit en demander l'autorisation aux dits chefs et se conformer à leurs résolutions.

Le Sacerdoce a été supprimé dans le Judaïsme il y a environ dix-huit siècles. La Société secrète juive des Saducéens, qui était celle qui, selon les préceptes bibliques, soutenait le Sacerdoce dans le peuple-secte d'Israël, privée du Temple depuis sa destruction avec celle de Jérusalem par les Romains (en 70 de l'ère chrétienne), fut vaincue et détruite par la société secrète des Pharisiens. Cette dernière, demeurée maîtresse du gouvernement du Judaïsme mondial, dissolva légalement le Sacerdoce, en décrétant que chaque juif serait son propre prêtre. Cependant, à l'ancienne classe sacerdotale des Lévites et des Cohen l'on permit, au moment où on les privait de leurs fonctions sacerdotales - et pour adoucir leur chute - la priorité au Cohen et la seconde au Lévite pour la lecture de la Thora et des Prophètes dans les services religieux. Les lectures devant être faites, faute de Cohen ou de Lévite dans un service, par un autre assistant, d'accord avec les règles approuvées par la Synagogue (Assemblée) ou Sainte Fraternité.

De sorte que le Judaïsme moderne n'est qu'un prolongement du pharisaïsme, qui donna à ses rabbins, non le rôle de prêtres, mais celui de gouvernants totalitaires de la nation juive dispersée de par le monde. Le Sacerdoce étant actuellement supprimé comme il l'a été depuis dix-neuf siècles.

Les rabbins dirigent leurs Communautés en matière politique, économique, religieuse, sociale et dans toutes les activités de la vie d'un juif. La propagande juive tendant à représenter le rabbin comme un prêtre a pour objet de présenter au public comme inoffensifs ces chefs de la grande Conspiration révolutionnaire juive, afin qu'ils jouissent, en tant que prêtres inoffensifs, des garanties accordées par le gouvernement au sacerdoce, à l'abri une fois de plus du bel idéal de la liberté religieuse.

Lorsque dans le Judaïsme religieux, l'on invite le rabbin à présider des cérémonies de mariage ou de circoncision, ou même à diriger des services religieux, il s'agit d'un luxe mais non d'une nécessité, car dans le Judaïsme les services religieux, les mariages, les circoncisions, etc. sont valables sans qu'y assiste un rabbin, sous la direction de quelque membre d'une Synagogue (Assemblée), ou Sainte Fraternité Synagogale.

Aux Etats-Unis, où le JUDAISME et le RABBINISME tiennent tant de place, il est difficile qu'il existe une communauté juive sans rabbin, mais en Asie, en Afrique, y compris parmi les communautés juives clandestines de l'Amérique latine, abondent dans les villages et les bourgs les Communautés israélites qui n'ont pas de rabbin et qui cependant fonctionnent normalement.

Et pour tenir sans rabbin les conseils directeurs d'une communauté la seule chose indispensable est que s'y effectuent les études de la Bible, du Talmud, de la Cabbale, dans les communautés cabalistiques ; ainsi que les connaissances générales en matière d'organisation politique, d'espionnage, de contrôle, de noyautage et autres, nécessaires pour qu'une petite communauté de village ou de bourg puisse imposer sa domination secrète là où elle fonctionne.

Dans la nation juive, qui a envahi toutes les nations du monde, le mot "Synagogue" possède trois significations. En premier lieu il signifie assemblée, c'est-à-dire la cellule de base d'organisation du Judaïsme.

Pour qu'il y ait "quorum" ou "MINIAM" dans une Synagogue, il faut que dix membres au moins s'y trouvent réunis. D'autre part, une Synagogue (Assemblée) fonctionnant publiquement dans le Judaïsme peut avoir trente, cent ou davantage de membres. Au contraire, les Synagogues secrètes du Judaïsme clandestin, ne possèdent que dix ou plus, mais juste le nombre nécessaire pour pouvoir fonctionner dans l'ombre, sans que les membres du peuple envahi se doutent de leur fonctionnement.

En outre, le mot Synagogue a une seconde signification. Il sert à désigner l'édifice spécial dans lequel se réunissent pour siéger les Synagogues (Assemblées) et aussi la salle de réunion dans des maisons particulières ou Saintes Fraternités synagogales, comme l'ordonnent les "TAKANOT" ou lois réglementaires de la COMMUNAUTÉ JUIVE dont ils forment partie. Dans la grande synagogue fonctionnent les gouvernements des communautés. Parfois s'y trouvent les archives des communautés fonctionnant publiquement.

Finalement on appelle "Synagogue" le Judaïsme en général.

Le rabbin, comme dirigeant totalitaire d'une Communauté juive théocratique, assume aussi comme il est naturel des tâches religieuses et d'instruction religieuse ; mais il dirige aussi les affaires de conquête politique, économique, militaire, sociale, etc., des autres nations. Il existe même des rabbins qui se spécialisent dans les enlèvements, le terrorisme et les révolutions, comme le propre Karl Marx, par exemple. Et le rabbin Akiba, qui projeta et dirigea en secret la troisième et gigantesque révolution juive organisée pour conqu